Géorgie :Les fautes d'hier conduisent aux guerres d'aujourd'hui.

Publié le par comité 31

En reconnaissant l'indépendance du Kosovo, les Occidentaux -et hélas, le gouver-nement français- ont accepté que les frontières pourtant reconnues comme intangibles par l'OSCE puissent être modifiées unilatéralement.
Les Ossètes et les Abkhases s'engouffrent dans la brèche ouverte par la reconnaissance du Kosovo.
De plus la crise ouverte entre la Géorgie et la Russie montre les conséquences possibles du retour sans condition de la France dans l'OTAN.
Si, comme les Américains le veulent, la Géorgie était membre de l'OTAN, l'article 5 de sa charte nous faisait obligation d'intervenir dans une guerre qui ne serait pas la nôtre.
Tous les chantres d'une adhésion de l'Ukraine et de la Géorgie à l’OTAN seraient bien avisés d'y réfléchir : ni la France, ni l'Europe n'ont intérêt à être entraînés dans une confrontation avec la Russie parfaitement contraire à nos intérêts comme à ceux de l'Europe.

Commenter cet article