Rocard et Bayrou : pour l'Europe même combat !

Publié le par comité 31


 La petite différence qui échappe à Michel Rocard
 

Michel Rocard est fidèle à lui-même en réclamant une alliance, dès avant le premier tour, entre sociaux-démocrates et démocrates-sociaux.
Il entonnait déjà des odes au marché dans les années soixante-dix, alors que les conditions de la mondialisation libérale se mettaient en place. Il fut le chantre du social-libéralisme, avant que celui-ci ne creuse un abîme entre la gauche et les couches populaires.

Toujours à contretemps, Michel Rocard confond l'élection présidentielle avec une discussion programmatique, telle qu'il s'en noue quelquefois entre les deux tours d'une élection municipale.

L'erreur de Michel Rocard s'énonce simplement : sur le fond, il ne voit plus de différence substantielle entre François Bayrou et lui-même. Et cela est vrai : sur l'Europe pour ne prendre qu'un seul exemple. Il oublie qu'il y a peut-être dix à douze millions d'électeurs qui, eux, font la différence et ne voteraient pas Bayrou dans l'hypothèse surréaliste qui sous-tend son appel. Celui-ci pourrait passer pour perfide, s'il n'était d'abord inepte. Seule Ségolène Royal a inscrit son programme dans le dépassement du clivage entre le « oui » et le « non », pour une Europe économiquement, monétairement et socialement redressée. C'est cette petite différence qui échappe à Michel Rocard. C'est elle qui fera la décision.


 Jean-Pierre Chevènement   15 Avril 2007

Publié dans Économie et social

Commenter cet article