Deux visions de la France et de l'Europe face à face !

Publié le par comité 31

Un souffle d'Espoir

En qualifiant Ségolène ROYAL pour le second tour de l'élection présidentielle, avec une participation record, les citoyennes et les citoyens français font souffler un grand espoir. En effet, ce vote a une conséquence directe : Ségolène ROYAL est en situation, désormais, de gagner l'élection présidentielle.
Face à Nicolas SARKOZY, elle va pouvoir, dans les quinze jours qui viennent, créer les conditions d'un véritable débat de société, projet contre projet. Un débat sur les principes, sur les programmes, sur les visions de la France.

Ségolène ROYAL incarne le changement, enraciné dans les principes républicains.
-Elle est la candidate d'un Etat impartial, qui remplit efficacement ses missions, toutes ses missions, en particulier l'égalité des citoyens et des territoires grâce aux services publics, à défendre, renforcer, moderniser, reconquérir.
-Elle est la candidate d'une Europe réorientée, qui protège les citoyens, les emplois, les savoir-faire, au lieu de les exposer à tous les vents de la mondialisation.
-Elle est la candidate d'une démocratie relevée, grâce à des institutions démocratisées, à une Education Nationale ressourcée ;
 Ségolène ROYAL est la candidate d'une citoyenneté rénovée.

Nicolas SARKOZY, candidat sortant, après 5 ans aux premiers rangs du gouvernement, incarne la fuite en avant, ou plutôt la fuite en arrière.
-Candidat de l'Etat U.M.P., de l'appropriation des pouvoirs publics par quelques-uns, il est aussi le candidat de la privatisation des services publics au bénéfice de la rente ; Nicolas SARKOZY n'a aucun intérêt pour les populations les plus fragiles.
Depuis des années, la Droite ultra-libérale ne laisse-t-elle pas sur le bord de la route les salariés les plus précaires, les moins payés et ceux qui, ayant travaillé toute leur vie, touchent de petites retraites ? en somme, c'est le candidat d'un clan et des puissances d'argent.
C'est aussi le candidat d'une Europe des marchés, d'une Europe financière, d'une mondialisation où la loi de la jungle financière l'emporte sur l'humain ; Nicolas SARKOZY ne défend pas les petits entrepreneurs, mais les grandes firmes multinationales.
C'est le candidat d'un pouvoir autoritaire, arbitraire ;
Nicolas SARKOZY est le candidat de la sujétion des Français.

Le rassemblement de la gauche et de tous les républicains sincères doit permettre à Ségolène ROYAL de gagner l'élection présidentielle et permettre le changement dont la France a tant besoin.

Georges SARRE

Publié dans Économie et social

Commenter cet article