Synthèse du Oui et du Non ?

Publié le par comité 31

Salut l'artiste ?
M. Sarkozy, à Strasbourg, a estimé avoir réussi « l'improbable synthèse du oui et du non ». Certes le traité dit « simplifié » ne se prétend plus une « Constitution ».

 De ce que la « concurrence libre et non faussée » ne figure plus dans la liste des objectifs de l'Union, M. Sarkozy croit également pouvoir déduire que « l'Europe va désormais pouvoir agir contre les dumpings, instaurer une préférence communautaire, mettre en œuvre des politiques industrielles ».

 Faut-il dire « salut l'artiste » ?
 * * *

 Ou bien M. Sarkozy n'entend rien au fonctionnement réel de la machine communautaire, ou bien il se réfugie dans une pure stratégie de communication.

 Car la Commission reste la gardienne vigilante de la concurrence et n'entend pas modifier sa jurisprudence. La Banque Centrale n'a fait aucune concession sur ses objectifs : la timide proposition française d'une « croissance non inflationniste » a été rejetée. Il n'y a pas l'ombre d'une politique industrielle européenne à l'horizon.

 M. Sarkozy attend qu'on salue l'artiste : la meilleure manière de le faire serait de soumettre le traité dit  « simplifié » à référendum populaire. Il y aurait une bonne manière d'y parvenir : ce serait, pour le Parti socialiste, de refuser de ratifier la réforme constitutionnelle rendue nécessaire par l'abandon du projet de Constitution européenne au profit du traité « simplifié ». L'argument est imparable : le parallélisme des formes veut qu'on ne puisse faire rentrer par la lucarne parlementaire ce qui a été sorti par la grande porte du suffrage universel. Trop simple peut-être ? « simplifié » à référendum populaire. Il y aurait une bonne manière d'y parvenir : ce serait, pour le Parti socialiste, de refuser de ratifier la réforme constitutionnelle rendue nécessaire par l'abandon du projet de Constitution européenne au profit du traité « simplifié ». L'argument est imparable : le parallélisme des formes veut qu'on ne puisse faire rentrer par la lucarne parlementaire ce qui a été sorti par la grande porte du suffrage universel. Trop simple peut-être ?

Mardi 03 Juillet 2007
Jean-Pierre Chevènement

Publié dans Économie et social

Commenter cet article