Lisbonne : Zakozy capitule sur toute la ligne

Publié le par comité 31

  Lisbonne contre l'intérêt et la liberté de la France   
 Le Président Sarkozy, au lieu de s'appuyer sur le « non français » pour obtenir des concessions sur le gouvernement économique de la zone euro, sur la politique monétaire ou sur la préférence communautaire a capitulé sur toute la ligne.
 Le traité de Lisbonne consacre la rupture de l'égalité fondatrice de la France et de l'Allemagne dans les institutions européennes (chacune disposant de 29 voix) en instaurant une pondération démographique : la France pèsera désormais moins que les ¾ de l'Allemagne qui, avec l'appui de nombreux Etats-clients, pourra faire jouer partout la minorité de blocage. La relation franco-allemande en sera durablement déséquilibrée et affaiblie.

 Quant au Haut Représentant de l'Union pour la politique extérieure dans une Europe à 27 largement inféodée à Washington, que pourra-t-il dire le jour où M. Bush décidera de lancer ses missiles sur l'Iran : rien qui puisse le contrarier ! Et la France là-dedans ? Elle ne va pas contredire l'Europe. Elle s'écrasera donc !

 Voilà à quoi conduit la politique de M. Sarkozy : elle prétend relancer l'Europe mais en fait elle va contre l'intérêt et contre la liberté de la France, et par conséquent contre l'idée même d'une Europe européenne.

Publié dans Économie et social

Commenter cet article